Accueil "Les Sites Citerriens" >> Yhad-Economie >> Comprendre >> fragments... >> 8

 

 

 

8 - Fragments 31-3

FAUT-IL FREINER LE PROGRES TECHNIQUE ?

Depuis 1948, le GATT a abaissé les tarifs douaniers de près de 40 % à 4 %. Le volume du commerce mondial de marchandises s’est multiplié par 16 depuis 1950. Sur 25 ans, les investissements directs à l’étranger se sont multipliés par 25.

Mais le libre échange n’a pas que des avantages. Le démographe Emmanuel Todd constate ainsi que l’ouverture des échanges est parallèle au ralentissement de la croissance des pays de l’OCDE, passée de 3,9 % en 1970-79 à 2,1 % en 1990-96. Selon lui, en séparant géographiquement et psychologiquement l’offre de la demande, les chefs d’entreprises ne perçoivent plus aujourd’hui la distribution des salaires comme l’attribution d’un pouvoir d’achat.

 

Droits de douane sur articles manufacturés

 

Allem

Franc

P. Bas

R. Uni

Et.Unis

1820

8-12

*

6-8

45-55

35-45

1875

4-6

12-15

3-5

0

40-50

1913

13

20

4

0

44

1925

20

21

6

5

37

1931

21

30

-

-

48

1950

26

18

11

23

14

1980

8,3

8,3

8,3

8,3

7

1990

5,9

5,9

5,9

5,9

4,8

* = Situation non significative, restrictions à l’importation.

D’autre part, bien que les PVD pratiquent des salaires qui peuvent être 30 fois inférieurs à ceux pratiqués dans les pays industrialisés, l’économiste Gérard Lafay estime, pour sa part, que la mise en place de clauses sociales et environnementales serait vécue par les PVD comme une véritable agression.

La mondialisation pèse également sur les institutions sociales et l’Etat providence. Pour Denis Rodrik, .le maintien des « arrangements sociaux » devient plus coûteux alors que la demande est plus forte. « C’est le dilemme de la mondialisation : augmenter la demande d’assurance sociale tout en réduisant la capacité des Etats à jouer ce rôle ».

Et pourtant, la mondialisation n’est qu’un des instruments du progrès technique, car « le vrai responsable des inégalités, entre populations et pays, reste le progrès technique », soutient de son côté Paul Krugman. Il remarque que malgré le développement des échanges externes, les niveaux de vie restent déterminés par des facteurs internes  (les exportations ne représentent que 10 % aux Etats Unis), remarque Selon lui, la mondialisation peut faire subir des pertes aux entrepreneurs mais les gains des pays sont toujours supérieurs. « C’est un problème de distribution. Il y a toujours des problèmes de distribution de revenus, mais plutôt au sein des pays, pas entre eux ». Krugman souligne cependant que la technologie rend possible la mondialisation, mais non nécessaire. « La politique a toujours le moyen de l’enrayer ».


<< | Dans l'ordre "Fragments" | >>