Accueil "Les Sites Citerriens" >> Yhad-Economie >> Comprendre >> fragments... >> 43

 

 

 

43 - Fragments 51-2

 

Une création monétaire partagée

Délaissant le manichéisme économique qui oppose les partisans et les adversaires de la mondialisation, Paul Boccara * proposait récemment une nouvelle voie de réflexion pour une création monétaire partagée.

Laissant de côté les contraintes de la politique fiscale et des dépenses budgétaires, il estime tout d’abord que la création monétaire et le crédit seraient bien plus aptes à répondre aux exigences d’un développement soutenu de toutes les populations de la planète.

Après avoir rappelé que le principal avantage de la Taxe Tobin est « de permettre une politique d’abaissement des taux d’intérêt », il préconise une politique plus radicale qui ne constituerait pas seulement à « opérer des prélèvements sur des mécanismes financiers inchangés, mais de substituer en bonne partie à la domination du marché financier un mode de financement de l’économie par une nouvelle politique de crédit, à moyen et long terme ». Il ne s’agirait pas là de revenir à une politique de crédit menée dans un cadre étatique national, mais d’une politique de création monétaire partagée au plan international.

Mais surtout, P. Boccara souligne que dans l’Union Européenne (UE), la baisse des taux d’intérêt ne doit pas être le seul objectif. En effet, le problème, écrit-il, « c’est  la possibilité d’utiliser ces baisses de taux principalement pour rendre les placements financiers plus attractifs et non pour favoriser une croissance réelle riche en emplois. » Pour combattre ces fuites de la monnaie vers des circuits financiers, il propose une « baisse sélective des taux de la BCE pour les refinancements des crédits des banques ordinaires, y compris moyen et long terme », alors que « les taux d’intérêt seraient relevés pour les crédits destinés à encourager les placements financiers ».

Une solution serait, selon lui, « d’utiliser des bonifications d’intérêt sur fonds publics nationaux pour permettre cette orientation ». Par suite, cette création d’euros permettrait une coopération interzonale de l’UE avec les pays méditerranéens et africains, de l’Europe de l’est.. Des prêts sans intérêt, de type plan Marshall, pourraient être accordés à leurs Banques centrales, ce qui leur permettraient d’acheter davantage à l’UE en euros et d’accroître leurs réserves en euros.

---------------
* Paul Boccara, Pour une création monétaire partagée, Le Monde du 2.10.01


<< | Dans l'ordre "Fragments" | >>