Accueil "Les Sites Citerriens" >> Yhad-Economie >> Comprendre >> fragments... >> 34

 

 

 

34 - Fragments 46-2

EMPLOI ET CHARGES SOCIALES

L’émergence d’une nouvelle catégorie de travailleurs, « travailleurs pauvres » (working poors) que l’on croyait réservée aux pays anglo-saxons est confirmée par deux études, dans un récent rapport sur « les conditions du plein emploi à l’horizon 2010 » de Jean Pisani-Ferry, et dans une  étude de l’INSEE de décembre 2000 (Economie et Statistiques n° 335).

L’INSEE révèle ainsi que les « travailleurs pauvres », ou travailleurs actifs occupés, dont les ressources sont inférieures à 50 % aux revenus médians du travail,  s’élèvent en France à 1,35 million dont 34 % en alternance inactivité emploi, 10 % sous contrats aidés, 20 % en CDI à temps complet, 10 % à temps partiel et 26 % indépendants.

Dans la grande majorité, ces travailleurs pauvres sont peu qualifiés et isolés.

Pour combattre ce type d’exclusion, certains préconisent, comme aux Etats-Unis, l’instauration d’un impôt négatif ou d’une allocation différentielle versée par l’Etat, techniques de redistribution fiscale toutefois limitées. Une autre solution consisterait à permettre à l’emploi peu ou non qualifié d’exister  A cet effet, les charges sociales sur les bas salaires furent diminuées, mais insuffisamment.

Par contre, la diminution progressive des charges sociales sur les salaires afin de les remplacer par un prélèvement sur la valeur ajoutée dégagée par les entreprises permettrait de pérenniser, de revaloriser et de créer des emplois peu ou non qualifiés.

C’est sur ce constat que travaille le Comité pour la réforme des prélèvements sociaux.

Ce comité vient d’éditer une charte :[ Comité pour la Réforme des prélèvements sociaux :  Jacques Pichelot  BP 213 – 50003 St-Lô cedex]


<< | Dans l'ordre "Fragments" | >>