Accueil "Les Sites Citerriens" >> Yhad-Economie >> Comprendre >> fragments... >> 33

 

 

 

33 - Fragments 46-1

Un sophisme fondateur de la logique libérale : la rente de seigneuriage selon les libéraux.

Puisque le Porte-Monnaie Electronique (PME) sera rechargé sous forme de dépôt en monnaie électronique, et non plus en billets de banque, souligne James Dorn, l’Etat, ou sa Banque centrale, perdra une large part de revenus qu’il perçoit au titre de la rente de seigneuriage.

Selon lui, « la détention des billets de banque équivaut à l’abandon temporaire d’un droit de prélèvement sur l’économie réelle. Comme l’épargne, cet abandon justifie une rémunération sous forme d’intérêt. Le non versement de cet intérêt par la Banque centrale représente une recette implicite qui rentre dans les revenus de la Banque centrale, et qu’il analyse comme une terme de « rente de seigneuriage », liée au privilège de l’émission monétaire ».

Ce sophisme constitue l’un des piliers de la logique libérale. Non fondé et frauduleux, il sacralise la dictature de la rareté dans un monde potentiellement abondant. La justification de l’intérêt de l’épargne par la théorie de la privation de pouvoir d’achat, théorie pseudo moralisatrice qui consacre le règne de la thésaurisation et de l’épargne spéculative, ne repose sur aucun fondement réel, objectif et rationnel, puisque nous savons que c’est le travail et la production autorisés par l’investissement de l’épargne qui en permettent la rémunération. Intrinsèquement, la monnaie ne produit rien, seul le travail est créateur.

Elle ne peut produire un intérêt que si le travail qu’elle a autorisé dépasse la valeur du capital investi, ou si elle est utilisée dans un jeu spéculatif (achats de devises ou d’autres valeurs), en s’appropriant les fruits du travail  d’autrui.

De surcroît, déclarer que « l’abandon temporaire d’un droit de prélèvement sur l’économie réelle justifie une rémunération sous forme d’intérêt » revient à privilégier la rétention de la monnaie et à en ralentir sa circulation. Logique curieusement à l’opposé des conceptions geselliennes de la monnaie franche qui entendaient pénaliser la thésaurisation, c’est-à-dire la détention de billets de banque qui freine les échanges, et par conséquent la production..


<< | Dans l'ordre "Fragments" | >>