Accueil "Les Sites Citerriens" >> Yhad-Economie >> Comprendre >> fragments... >> 29

 

 

 

29 - Fragments 43-3

 

LES TRAVAILLEURS PAUVRES

Avec le développement du temps partiel contraint et des formes flexibles d’emploi (CDD, travail temporaire), de plus en plus de salariés occupent des emplois rémunérés à un niveau proche du SMIC horaire pour une durée du travail très limitée sur l’année.

 

Cette nouvelle catégorie de salariés, appelés des travailleurs pauvres (Working poors aux Etats-Unis) se caractérise par le fait que ces salariés ne gagnent rien à travailler : Un célibataire au RMI qui accepte un travail rémunéré au SMIC à temps partiel, inférieur à 18 heures/semaine, aura ses revenus en baisse. Cet écart s’accroît encore s’il s’agit d’un couple avec enfants à charge.  En 1994, 1/3 des  bénéficiaires du RMI perdirent des revenus en occupant des emplois à temps partiel, notamment afin d’accroître leur chance d’inclusion sociale.

Avec la précarité et le développement des emplois à temps partiel, la propagation des travailleurs pauvres repose la question du soutien aux bas revenus.

 

Différents modèles furent déjà appliqués permettant de réduire le coût du travail par une exonération partielle des charges sociales. Mais la compensation fiscale que l’employeur reçoit directement ou indirectement revient en définitive à le subventionner

Une autre proposition soutenue notamment par la Fondation Saint Simon consisterait à accorder de façon permanente un complément de revenus à tous les travailleurs dont le revenu est inférieur au SMIC mensuel.

Ces deux conceptions s’opposent : Si les allégements sociaux semblent pouvoir réduire le taux de chômage, ils offrent indirectement des subventions aux entreprises. Inversement, des allocations compensatrices subventionnent directement celui qui reprend le travail mais favorisent le développement des bas salaires

Le dividende familial et l’escompte compensé financés par le crédit social ne seraient-ils pas plus profitables à toutes les parties prenantes du jeu économique ? Sans doute, mais une réforme financière s’imposerait contre de puissants groupes de pression…


<< | Dans l'ordre "Fragments" | >>