Accueil "Les Sites Citerriens" >> Yhad-Economie >> Comprendre >> fragments... >> 22

 

 

 

22 - Fragments 39-2

Ecarts sociaux et mondialisation

 

 Dans le monde : Selon le Rapport mondial sur le développement humain  1999 du Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD), 1/5e de la population du globe  vivant dans les pays les plus riches représente 86 % du PIB mondial, 82 % des marchés d’exportation, 68 % de l’investissement direct étranger. 

Mais 20 %  de la population du globe vivant dans les pays pauvres ne détient qu’ 1 % de ces ressources. Par ailleurs, la crise financière en Asie de l’est devrait faire reculer de 2000 Milliards. de dollars la production mondiale sur la période 1998-2000, (valeur estimée de la production perdue), ce qui laissera sans emploi des millions de personnes. Cette crise n’est pas un accident isolé, car la volatilité est inhérente aux marchés financiers mondiaux, souligne ce rapport qui suggère de rééquilibrer les règles de la mondialisation au bénéfice des individus : « Le monde fonce tête baissée vers une intégration accrue, principalement sous l’impulsion d’une philosophie de rentabilité des marchés et d’efficience économique. Il nous faut introduire le développement humain et la protection sociale dans cette équation » .

Alors que l’écart de revenu entre les 20 %  les plus riches et les 20 % les plus pauvres de la population mondiale était de 30 à 1 en 1960, il  était en 1997 de 74 pour 1.

Aujourd’hui, le patrimoine des trois hommes les plus riches du monde dépasse le PNB cumulé de tous les pays moins avancés et de leurs 600 millions d’habitants.

1,1 % de la population américaine (soit 2,7 millions d’habitants) dispose d’autant de revenus, après déduction des retenues fiscales, que les 38 % d’américains (100 millions) aux revenus les plus modestes. Entre 1977 et 1999, les revenus après impôts des américains les plus riches auraient doublé alors que les revenus des américains des classes moyennes n’auraient augmenté que de 0,8 %. Enfin, les revenus des américains les plus pauvres auraient chuté en passant de 10000 dollars annuels en moyenne en 1977 à 8800 dollars en 1999.

En Europe même, malgré 10 ans de croissance, le taux de chômage se maintient à 11 %. La pression exercée par la concurrence mondiale a provoqué une augmentation de travailleurs sans contrat de travail. Tel est le cas pour 30 % de travailleurs au Chili et 39 % en Colombie.

En France : Les 40 sociétés cotées du CAC 40 représentent 80 des transactions boursières. L’évolution de cet indice fut de + 360 % du 1/1/1988 au 7/10/99. Sur cette même période de 12 ans, 14 sociétés font mieux, notamment Carrefour (+ 1919 %), L’Oréal (+ 1665 %) et Pinault Printemps (+ 1588 %).

Cette progression de la Bourse depuis 1995 (+ 10 % contre 4 % auparavant) expliquerait, selon l’INSEE 1, l’augmentation du patrimoine des Français (801.000 F. en moyenne par ménage fin 1997), mais également celle des inégalités (valeur patrimoniale estimée à 1.955.000 F. pour les 20 % les plus riches et à 5 000 F. pour les 10 % des ménages les plus pauvres.

----------------------------

1 : Rapport du 6/10/99 sur les revenus et patrimoines des Français.


<< | Dans l'ordre "Fragments" | >>